Complément alimentaire – Comment choisir un supplément de probiotiques


Cette question est souvent posée, j’ai donc pensé en faire un article.

Tout d’abord, pour ceux qui ne sont pas déjà lu, allez voir Probiotiques, prébiotiques et synbiotiques. Vous y trouverez entre autres les définitions de ces trois termes et une comparaison des bactéries lyophilisées aux bactéries vivantes.

Pour un effet maximal, choisissez un produit contenant des bifidobactéries ET des lactobacilles. De plus, assurez-vous d’avoir contienne plusieurs espèces différentes de ces deux familles de bactéries. Les produits contenant des espèces multiples peuvent coloniser différents endroits du système digestif et apparent, de ce fait, plus efficaces. (1,2)

Ensuite, vérifiez que le produit contienne des souches humaines de bactéries. Les souches animales sont peu ou pas efficaces chez l’humain. Pour trouver cette information (elle n’est malheureusement pas inscrite sur les bouteilles), vous devez consulter les dépliants et les sites Internet des entreprises.

Troisièmement, prenez un produit en capsules ou en poudre. Quoique les yogourts sont de bons aliments, ils ne constituent pas de bons suppléments de probiotiques. Les souches qu’on y retrouve sont habituellement d’origine animale parce que les souches humaines ne survivent pas dans un environnement laitier.

Finalement, il n’est pas nécessaire de payer pour un nombre très élevé de bactéries. D’ailleurs, lorsque la dose quotidienne dépasse les 20 milliards, les utilisateurs se placent souvent de ballonnement. Je voudrais prendre un supplément contenant un maximum de 10 milliards de bactéries. Habituellement, 5 à 6 milliards suffisent, vous n’avez pas besoin d’en prendre plus.

Santé!

Références:

1. Timmerman HM, Koning CJ, Mulder L, et al. Probiotiques mono-souches, multi-souches et multi-espèces – Une comparaison de la fonctionnalité et de l’efficacité. Int J Food Microbiol. 15 nov.2004; 96 (3): 219-33.

2. Collado MC, Meriluoto J, Salminen S. In vitro analyse des combinaisons de souches probiotiques pour inhiber l’adhésion des pathogènes au mucus interne. Stagiaire en restauration. 2007; 40: 629-36.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *