Complément alimentaire – Coronavirus: les bureaux de Port Stephens Centrelink sont submergés alors que la main-d’œuvre cherche de l’aide en raison des licenciements de COVID-19 | Examinateur de Port Stephens


coronavirus,

Les bureaux de Centrelink à Nelson Bay et à Raymond Terrace étaient submergés cette semaine par des travailleurs du tourisme, de l’hôtellerie et des petites entreprises qui ont perdu du personnel en raison de l’impact de COVID-19. La communauté des affaires de Port Stephens a été secouée à fond par les dernières restrictions sur les services non essentiels en réponse à la propagation du coronavirus, forçant des masses de fermetures d’entreprises et de pertes d’emplois. Lundi à midi, tous les lieux intérieurs tels que les clubs, les pubs, les théâtres, les lieux sportifs et religieux ont été ordonnés par le gouvernement fédéral de fermer leurs portes au public, tandis que les restaurants et les cafés pouvaient continuer à offrir des services à emporter uniquement. D’autres restrictions sont entrées en vigueur mercredi à minuit, restreignant: les aires de restauration (à l’exception des plats à emporter), les maisons de vente aux enchères, les ventes aux enchères immobilières et les journées portes ouvertes, les services personnels (salons de beauté, de manucure, de bronzage, de fartage et de tatouage), les salons de spa et de massage (à l’exclusion des services liés à la santé tels que la physiothérapie), parcs d’attractions, arcades et centres de jeux (intérieurs et extérieurs), galeries, institutions nationales, sites et musées historiques, clubs de santé, centres de remise en forme, yoga, barres et installations de spin, saunas, bains publics et centres de bien-être, piscines, installations communautaires telles que les salles communautaires, les bibliothèques et les centres pour les jeunes, les RSL et les PCYC, les salles de jeux et de jeux et les marchés intérieurs et extérieurs (à l’exclusion des marchés alimentaires). La fermeture a laissé des centaines de milliers de personnes à travers le pays devenues soudainement sans emploi et rejoint de longues files d’attente pour accéder à l’assistance Centrelink. Le gouvernement a réagi à l’impact du coronavirus et de la crise imminente de la santé et du bien-être avec un plan de relance et un soutien social en commençant par un supplément temporaire de 550 $ par quinzaine aux bénéficiaires de l’aide au revenu nouveaux et existants à partir du 27 avril pendant six mois, en plus de leur paiement habituel. Le supplément sera accordé aux personnes bénéficiant: d’une allocation JobSeeker, d’une allocation maladie, d’une allocation jeune pour les demandeurs d’emploi, d’une allocation parentale (partenaire et célibataire), d’une allocation partenaire, d’une allocation maladie et d’une allocation ménage agricole. Le personnel d’Extra Services Australia a été recruté au fur et à mesure que l’agence s’efforce d’augmenter la capacité suite aux pannes de sites Web, aux longs retards dans les centres d’appels et aux longues files d’attente dans les bureaux de Centrelink. Le directeur général de Services Australia, Hank Jongen, a déclaré que les techniciens des agences avaient travaillé dur pour augmenter la capacité du site Web myGov de 40 000 à 150 000 utilisateurs simultanés et continueraient d’augmenter « progressivement » sa capacité à gérer les transactions simultanées. Il a déclaré qu’un bouton avait été ajouté au site Web myGov pour permettre aux gens de s’inscrire, et toutes les demandes d’assistance Covid-19 seraient antidatées à lundi en reconnaissance des difficultés rencontrées par les personnes rencontrées pour déposer des demandes. M. Jongen a déclaré que les personnes qui avaient déjà un numéro de référence Centrelink pourraient l’utiliser pour accéder aux services. Ceux qui n’avaient pas de CRN pouvaient en obtenir un par téléphone à condition d’avoir une preuve d’identité telle qu’un passeport ou un permis de conduire. Il a exhorté les gens à ne pas visiter les bureaux de Centrelink en personne. « Vous n’avez pas besoin de nous rendre visite pour obtenir le soutien dont vous avez besoin », a déclaré M. Jongen, avertissant que les bureaux de Centrelink suivaient des protocoles de distanciation sociale et n’autorisaient qu’un certain nombre à entrer à tout moment. Pour plus de détails, visitez dss.gov.au.

https://nnimgt-a.akamaihd.net/transform/v1/crop/frm/pHZcEtCHpLnAajcu3Rdcpx/a9b3cdba-1f5a-45f7-ba9f-5c5e7cc19854.jpg/r0_738_2537_2171_w12

Les bureaux de Centrelink à Nelson Bay et à Raymond Terrace étaient submergés cette semaine par des travailleurs du tourisme, de l’hôtellerie et des petites entreprises qui ont perdu du personnel en raison de l’impact de COVID-19.

À midi, lundi, tous les lieux intérieurs tels que les clubs, les pubs, les théâtres, les lieux sportifs et religieux ont été ordonnés par le gouvernement fédéral de fermer leurs portes au public, tandis que les restaurants et les cafés pouvaient continuer à offrir des services à emporter uniquement.

D’autres restrictions sont entrées en vigueur mercredi à minuit, restreignant: les aires de restauration (à l’exception des plats à emporter), les maisons de vente aux enchères, les ventes aux enchères immobilières et les journées portes ouvertes, les services personnels (salons de beauté, de manucure, de bronzage, de fartage et de tatouage), les salons de spa et de massage (à l’exclusion des services liés à la santé tels que la physiothérapie), parcs d’attractions, arcades et centres de jeux (intérieurs et extérieurs), galeries, institutions nationales, sites et musées historiques, clubs de remise en forme, centres de fitness, yoga, barres et installations de spin, saunas, bains publics et centres de bien-être, piscines, installations communautaires telles que les salles communautaires, les bibliothèques et les centres pour les jeunes, les RSL et les PCYC, les salles de jeux et de jeux et les marchés intérieurs et extérieurs (à l’exclusion des marchés alimentaires).

La fermeture a laissé des centaines de milliers de personnes à travers le pays devenues soudainement sans emploi et rejoint de longues files d’attente pour accéder à l’assistance Centrelink.

Le gouvernement a réagi à l’impact du coronavirus et de la crise imminente de la santé et du bien-être avec un plan de relance et un soutien social en commençant par un supplément temporaire de 550 $ par quinzaine aux bénéficiaires de l’aide au revenu nouveaux et existants à partir du 27 avril pendant six mois, en plus de leur paiement habituel.

Le supplément sera accordé aux personnes bénéficiant: d’une allocation JobSeeker, d’une allocation maladie, d’une allocation jeune pour les demandeurs d’emploi, d’une allocation parentale (partenaire et célibataire), d’une allocation partenaire, d’une allocation maladie et d’une allocation ménage agricole.

Le personnel d’Extra Services Australia a été recruté au fur et à mesure que l’agence s’efforce d’augmenter la capacité suite aux pannes de sites Web, aux longs retards dans les centres d’appels et aux longues files d’attente dans les bureaux de Centrelink.

Le directeur général de Services Australia, Hank Jongen, a déclaré que les techniciens des agences avaient travaillé dur pour augmenter la capacité du site Web myGov de 40 000 à 150 000 utilisateurs simultanés et continueraient d’augmenter « progressivement » sa capacité à gérer les transactions simultanées.

Il a déclaré qu’un bouton avait été ajouté au site Web myGov pour permettre aux gens de s’inscrire, et toutes les demandes d’assistance Covid-19 seraient antidatées à lundi en reconnaissance des difficultés rencontrées par les personnes rencontrées pour déposer des demandes.

M. Jongen a déclaré que les personnes qui avaient déjà un numéro de référence Centrelink pourraient l’utiliser pour accéder aux services. Ceux qui n’avaient pas de CRN pouvaient en obtenir un par téléphone à condition d’avoir une preuve d’identité telle qu’un passeport ou un permis de conduire.

Il a exhorté les gens à ne pas visiter les bureaux de Centrelink en personne.

« Vous n’avez pas besoin de nous rendre visite pour obtenir le soutien dont vous avez besoin », a déclaré M. Jongen, avertissant que les bureaux de Centrelink suivaient des protocoles de distanciation sociale et n’autorisaient qu’un certain nombre à entrer à tout moment.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *