Complément alimentaire – RTL 5minutes – La preuve par 5: Et si les Américains étaient tous un peu … Allemands?


Ancêtres, hamburger, entreprises, fête de Noël, Trump … Aux Etats-Unis, les racines allemandes sont bien plus fortes qu’on croit. Les descendants d’Allemands forment même le groupe ethnique le plus nombreux!

1. BOOOORN AUX ÉTATS-UNIS …

Depuis les premiers massacreurs d ‘Indiens jusqu’à derniers Mexicains refoulés à la frontière sous Trump, sans oublier les millions d ‘esclaves enchaînés au Nouveau Monde, le peuplement des États-Unis a souvent emprunté des routes … compliquées (euphémisme).

Ou, parmi les racines de l’arbre généalogique américain, il en est une qui n’a été supposée que tardivement: L’Allemagne. Au recensement de 2010, près de 50 millions d’Américains se sont pourtant déclarés d’origine allemande, soit 6 millions de plus qu’en 2000. Ils forment le plus grand groupe ethnique aux États-Unis, comptant 15,2% de la population américaine. Oui, devant les personnes d’origine irlandaise, africaine, italienne, mexicaine, ou autres …

Les premiers Allemands sont arrivés dès le XVIIe siècle sont des paysans fuyant la misère et la persécution religieuse. Puis leurs compatriotes artisans et commerçants ont créé des villes entières dans le Midwest, au Texas, etc. Un flot qui va s’intensifier au XIX et XXe siècle, deux siècles qui n’ont pas été non plus très réjouissants en Allemagne (euphémisme bis), ce qui expliquera en grande partie cette « honte » des origines pour beaucoup d’Américains.

Aujourd’hui, leurs descendants vivent principalement dans les États du Nord: on compte environ 45% d’habitants d’origine allemande dans le Dakota du Nord (qui a pour capitale … Bismarck!), 42% dans le Wisconsin ou encore 41% dans le Dakota du sud

Quand on sait cela, on ne regarde plus les cowboys du même oeil, hein?

2- YUMMY YUMMY!

Allez, parlons d’un sujet plus vite, plus aliments, avec supplément sauce qui vous dégouline sur les doigts: la bouffe américaine. Petite liste de gourmandises à la sauce allemande:

Hamburger: ce sandwich veut dire galette « de Hambourg ». Il est composé généralement de deux pains de forme ronde, garnis de steak haché, de salade-tomate-oignon, cornichon, sauce, et de cholestérol.

Boeuf sur weck : un sandwich new-yorkais inventé par un boulanger allemand. Le rosbif est cuit saignant, coupé en tranches fines puis mis dans un kummelweck (petit pain allemand au carvi) avec le jus du rôti et du raifort, et servi chaud avec un gros cornichon. Arrêtez de baver sur l’écran!

Hot-dog : un descendant des saucisses de Francfort. À la base, c’est une saucisse grillée servie sur un pain avec de la moutarde douce et de la choucroute. Et comme on dit au Luxembourg, la wurst, c’est la vie.

Sur citera également le Bretzel importé par des Bavarois (attention à ne pas vous étouffer avec, comme George W. Bush), le pâté de viande appelé « ivrogne« (réalisé avec du pied ou de la langue de porc épicé) le crêpe (une crêpe descendant du « Pfannkuchen « ), mais aussi la bière Budweiser (brassée à Saint-Louis depuis 1876 par des Allemands), ou encore les vignes de Rieslings que des Allemands ont galéré à implanter dans l’est du pays.

3 / « ES IST FAKE NEWS! »

Kallstadt est un joli petit village de Rhénanie-Palatinat niché au milieu des vignes … Kallstadt a aussi donné à l’Amérique un enfant terrible: Donald Trump. Mais apparemment, les habitants de Kallstadt sont plus fiers de leur spécialité, la panse de porc farcie, que de leur lien avec l’occupant de la Maison Blanche! (un article à lireici).

Le grand-père du milliardaire, Friedrich Atout, a en effet grandi à Kallstadt avant de traverser l’Atlantique pour rejoindre ses soeurs, en 1885. Débarqué à New York, l’adolescent s’enfonce vers l’Ouest et ouvre des tavernes offrant nourriture, boisson et compagnie féminine aux chercheurs d ‘ou. Puis il envoie à ses soeurs restées à New York des pépites investissent dans l’immobilier, jetant les bases de la fortune familiale.

Une vraie success-story à l’américaine! Mais la famille Trump a visiblement un souci avec ses origines. Friedrich Trump, un fils américanisé, est devenu Frederick. Puis son fils (le père de Donald Trump) a longtemps prétendu être d’ascendance suédoise, pour s’épargner un sentiment antiallemand répandu aux États-Unis à l’époque des deux guerres mondiales. Trump, par contre, a fait le contraire: il s’est inventé un père allemand alors que ce dernier est né aux États-Unis. Bref, la « fake news » semble être une tradition familiale bien ancrée …

À noter que Trump n’est pas le seul président américain à avoir des origines germaniques plus ou moins lointaines: on citera notamment Dwight D. Eisenhower (d’origine Eisenhauer), Herbert Hoover (d’origine Huber), Richard Milhous Nixon (d’origine Melhausen) ou encore Barack Obama, dont la mère à des ancêtres venus de la ville allemande de Besigheim.

4- DEUTSCHE QUALITÄT

Ah, la qualité allemande … C’est du solide! Comme le Le pont de Brooklyn, le célèbre pont de New-York inauguré en 1883 et conçu par John Roebling, un ingénieur allemand immigré aux Etats-Unis.

Car dans le temple du capitalisme, de nombreuses grandes entreprises ont des racines allemandes. Sur citera:

  • William Boeing, dont les parents ont émigré aux États-Unis en 1868, et qui a fondé Boeing Airplane Company en 1917. Aujourd’hui, Boeing est un géant du secteur aérospatial … même si ça ne plane pas des masses pour lui ces derniers temps .
  • Levi Strauss est arrivé en Amérique en 1847 et en 1853, a fondé la première entreprise de fabrication de jeans bleus, Levi Strauss & Company. Aujourd’hui, ils sont sur toutes les fesses de la planète, et ça c’est beau.
  • Heinrich Engelhard Steinweg a débarqué à New York avec sa femme et leurs huit enfants en 1850. Parce que « Heinrich », ça sonne pas assez local (la honte des origines, toujours), il se rebaptise Henry Steinway et devient le fabriquant des célèbres pianos.
  • En vrac: Chrysler, Firestone, Heinz, Pfizer, Kraft, Anheuser-Busch … Ils sont partout on vous dit!

5- HO HO HO HO …

!Alerte spoil!: si vous croyez au Père Noël, retournez au Pôle Nord et ne lisez pas ce qui va suivre.

Sans les immigrants allemands, Noël serait sûrement bien différent aux États-Unis. Voiture le sapine de Noël est une tradition apparue au Moyen-Âge dans les pays germaniques. Tandis que les catholiques lui préféraient la crèche de Noël, les familles bourgeoises protestantes ont choisi ces sapins garnis de pommes ou de boules rouges pour figurer l’arbre du paradis et ses fruits défendus.

Une tradition importée par les colons allemands aux Etats-Unis … avec en bonus un certain Père Noël! Car l’homme au costume rouge et à la barbe blanche est un mélange entre plusieurs traditions, contes et légendes, mais on lui prête un lien fort avec le saint patron des enfants, alias « Sint Niklaas », alias le Saint Nicolas, que les émigrés allemands et hollandais ont emmené dans leurs bagages.

Evidemment, expliquez à vos charmants bambins que le Père Noël est un lointain cousin de Saint-Nicolas est un peu risqué … Voici donc une dernière anecdote pour les distraire: si certains Américains accrochent sur leur sapin de Noël des Cornichons, c’est aussi une drôle d’idée venue d’Allemagne!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *