Livraison box repas bio – Cuisiner avec Claire


Anasthasia Shilov

RECETTE 1: PELMENI

La vie de Boris, une chaîne YouTube de cuisine et de style de vie slaves, est mon inspiration pour cuisiner. Lorsque j’étais à l’hôpital l’année dernière en raison de l’effondrement de mon poumon gauche, regarder des vidéos de Life of Boris sur la façon de faire du plov (pilaf), du chebureki (grosses boulettes de viande) et du syrniki (crêpes au fromage) m’a donné la force de récupérer. Donc, quand je suis arrivé à Yale, j’étais très heureux d’apprendre que Stiles (mon collège) a une cuisine étudiante où je peux réserver des plages horaires pour cuisiner. La première recette que j’ai jamais essayée était la recette de Boris pour les pelmeni (boulettes).

C’était un peu un désastre. La purée de pommes de terre qui a servi à faire la pâte de pomme de terre était tellement plus savoureuse que la pâte elle-même ou les boulettes. Les boulettes avaient alternativement trop de pâte (non salée, grumeleuse et d’un goût dégoûtant) ou trop peu, conduisant à la viande – qui était d’ailleurs également non salée et étrangement texturée – débordant.

Mais alors que je regardais mes compagnons éplucher les pommes de terre, nettoyer les pots et manger quelques boulettes restantes, le poids des pelmeni détrempés à l’intérieur de moi s’est transformé en chaleur d’amitié et de gratitude. Comme vous ne faites jamais un seul pelmen, mais plutôt un tas, la cuisine est meilleure avec vos camarades.

RECETTE 2: SYRNIKI

La prochaine recette que j’ai essayée était syrniki. Ma colocataire Audrey était indispensable à cette opération. Lorsque nous avons eu du mal à incorporer le fromage (comme nous ne pouvions pas trouver de fromage blanc, nous l’avons substitué dans le fromage Europa d’Arethusa. Surprise! Ce n’est pas une bonne substitution) dans la pâte à crêpes, elle a trouvé une petite casserole pour faire fondre le fromage. Elle a également avait les yeux vifs et les réflexes entraînés pour retourner le syrniki au bon moment.

Bien que les crêpes soient censées être molles et souples, nous avons fini par faire quelque chose de beaucoup plus comme des biscuits au fromage. Biscuits frits: durs à l’extérieur, moelleux à l’intérieur. Ils étaient bosselés (nous n’avons jamais vraiment pu incorporer le fromage dans le reste de la pâte en douceur), mais décidément savoureux, et c’était amusant d’expérimenter avec différents types de fromages. Europa syrniki reste mon préféré.

RECETTE 3: Tarte aux pommes

Après le voyage de cueillette des pommes de Stiles l’automne dernier, je savais que je devais faire quelque chose avec plus de 20 pommes que nous avions transportées. C’était aussi la première recette que j’ai essayée qui n’était pas Boris. Au début, je voulais utiliser une recette qui était encore slave (Sharlotka ou gâteau aux pommes russe), mais j’ai été contrarié par le fait que j’avais oublié de prendre de la levure chimique et que je ne pouvais pas la trouver à l’intérieur de la cuisine. Donc, à la dernière minute, j’ai travaillé à faire une tarte.

Je ne sais pas si cela a été un problème avec le four ou le fait que j’ai versé dans le plat de cuisson une couche d’un centimètre de jus de pomme à la cannelle, mais quand j’ai sorti la tarte du four, la croûte n’était pas dure. C’était essentiellement de la pâte réchauffée, mais les pommes tranchées étaient chaudes et encore croquantes. J’étais heureux de partager la tarte avec mes camarades de classe, qui l’ont revue comme un bon effort pour un dimanche soir.

RECETTE 4: RIZ FRIT

Ce semestre, j’ai un horaire de cours qui ne me laisse pas le temps de déjeuner le mardi et le jeudi. J’ai décidé que si je ne pouvais pas déjeuner, je préparerais le déjeuner; J’ai également manqué le tofu épicé de mon père. Au lycée, j’ai trouvé que faire du riz frit était facile et amusant, j’ai donc décidé de combiner les deux recettes et de faire du riz frit avec du tofu épicé.

Pour la première fois, une nouvelle recette que j’ai essayée s’est avérée délicieuse. Mes camarades de chambre m’ont aidé à tester le goût et je leur suis éternellement reconnaissant de m’avoir aidé à couper la viande, nettoyer les casseroles et hacher les pommes de terre (j’ai fait de la pâte de pommes de terre sur le côté. C’était étonnamment bien meilleur que la dernière fois, avec l’ajout d’oignons verts) et sel). L’huile de piment dans laquelle j’ai mis a donné beaucoup de poids aux cubes de tofu fermes et au riz égoutté.

Malheureusement, le lendemain, il n’avait pas si bon goût quand il faisait froid au réfrigérateur et que l’huile se déposait en une couche d’un millimètre de haut au fond de mon Tupperware. Tout ne peut pas être parfait, mais les cubes de porc que j’ai mis étaient encore assez savoureux.

RECETTE 5: CURRY

Me trouvant un peu faible à l’heure ce semestre, j’ai décidé d’essayer de faire du curry. J’ai trouvé une boîte de curry épicé moyen au Good Nature Market, et en voyant les pommes de terre et les carottes à proximité, j’ai pensé que c’était une belle semaine pour quelque chose qui nécessite peu d’efforts ou de compétences.

Mon compagnon Jocelyne m’a évité de couper les pommes de terre, qui a été et continue d’être l’une de mes plus grandes faiblesses. J’ai manipulé les petites carottes et échalotes, qui étaient plus douces sous le couteau. Puisque nous faisions des doubles portions, j’ai utilisé le double de la quantité d’eau recommandée… ce qui a conduit à un curry liquide mais passable, le genre que je mangeais au lycée. Un grand merci à Audrey pour avoir aidé à manger les restes, qui étaient copieux.

RECETTE 6: RAM-DON (Chapaguri: Chapaghetti mélangé à Neoguri: deux nouilles instantanées coréennes différentes dans le même pot – présenté dans Parasite (2019))

Cette recette, je l’ai faite par moi-même.

C’était assez triste. J’ai laissé trop d’eau et la sauce a donc fini par être plus une soupe trop saturée.

Une araignée m’a chassé de la pièce et je trouve que cuisiner avec les autres vous donne non seulement un sentiment chaleureux de camaraderie, mais aussi une ligne de défense contre les insectes maraudeurs. Je pense que je vais essayer de m’assurer que mes compagnons de chambre sont libres avant de réserver mon prochain créneau horaire de cuisson.

Un merci spécial à Audrey Whitmer ’23, Lauren Williams ’23, Laura Haight ’23, Deniz Ince ’23 et Jocelyne Arguelles ’23 – mes camarades de cuisine.

Claire Fang | claire.fang@yale.edu



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *